| Accueil | Archives | Youtube | facebook | Soundcloud | contact |

jeudi 1 décembre 2011

Ma copine, c'est aussi ma meilleure amie

Dans le cadre d'une conversation que j'ai eu avec une amie la semaine dernière, je lui avais confié ma très forte conception du couple.

Aussi atypique que cela puisse paraître (surtout de nos jours et je reviendrai plus tard sur ce point ci-dessous), j'ai toujours considéré ma copine, comme ma meilleure amie. Pour moi, il y a vraiment peu de distinctions entre la notion d'amitié et d'amour.
Le seul point fondamental qui diffère, est purement sexuel car dans une relation amoureuse, je couche avec ma meilleure amie et j'ai des projets d'avenir. C'est d'ailleurs peut-être pour ces raisons que c'est elle, ma meilleure amie lol
Je rigole tout bas mais il m'arrive fréquemment de n'avoir aucune attraction sexuelle pour des amies...

Alors partant de ce simple principe, j'ai toujours eu du mal à comprendre les couples qui passent leurs temps à se disputer. Le fait de n'être pas toujours d'accord est normal mais le fait de toujours vouloir "dominer" l'autre en est une autre. Le problème, c'est que beaucoup trop de gens fonctionnent de cette manière : ils appréhendent la relation de couple comme dans une relation de lutte pour le pouvoir alors qu'en réalité, quelle importance cela a ? En finalité, c'est une perte d'énergie massive, voir des séparations à très court terme. Ne pensez-vous pas qu'il serait beaucoup plus saint d'être dans une relation cool, dynamique et de confiance où on s'aiderait mutuellement dans les épreuves de tous les jours en étant complémentaires ? Et comme l'attraction sexuelle doit être maintenue à un certain niveau pour ne plus redevenir que de simples amis, continuer à séduire l'autre et lui donner envie de vous est fondamental, au risque d'avoir le sentiment un jour de vivre avec une colocataire et non plus votre copine...

lundi 3 octobre 2011

Ma todo-list

Certaines soirées sont étranges.

Pour je ne sais quelle raison, j'ai eu des pensées morbides hier...

Ce n'était pas des pensées genre suicide mais j'ai réalisé hier soir que je ne vivrais sans doute pas éternellement ici. J'ai pensé en premier lieu à ma fille en imaginant ce qu'elle fera dans quelques années mais aussi sur des choses que j'aimerai accomplir avant que ce soit trop tard :)

Pas très fun tout ça j'avoue, mais je pense que ça fait parti du processus interne quand on cherche à se retrouver.

Et à vrai dire, ce qui m'a le plus étonné dans cette soirée, ce n'est pas le contenu de cette liste que j'ai pris plaisir à faire mais de sa longueur ! Boudiou il va me falloir au moins plusieurs vies pour réaliser tout ça !

Alors c'est décidé, autant la commencer dès ce soir si je veux avoir une chance d'en faire au moins la moitié... hu hu.

mercredi 20 juillet 2011

Ma nouvelle vie

Je ne fais pas parti de ces gens qui crient haut et fort que vivre seul, est la dernière merveille du monde. C'est même souvent un peu hypocrite car il suffit de mieux les connaître pour comprendre que c'est rarement le cas, voire tout le contraire en réalité. Pour ma part, c'est une situation qui m'était encore méconnue.

Plus d'un mois se sont écoulés et il est temps que je fasse mon petit bilan de cette nouvelle vie sur mon blog.

Tout d'abord, cette appréhension de la solitude, je l'ai apprivoisé avant de sauter le pas. J'avais le temps de le faire, de prendre un choix : celui de vivre seul ou de me trouver une petite collocation non loin de Paris entre actifs de mon âge. Cette appréhension, je l'ai même anticipé en me demandant vers quoi je voulais tendre. Pour m'épanouir, j'ai besoin de temps, du temps pour soi et du temps pour la musique. J'ai un côté parfois un peu schizophrène car lorsque je suis au sein d'un groupe, je me lie très facilement aux autres, sachant parfaitement sur quel levier jouer si je veux qu'on m'accepte et qu'on m'apprécie. De l'autre côté, lorsque je suis en phase de composition ou de création musicale, je suis à la limite de l'autisme, complètement renfermé et il me faudrait un coup de massue sur la tête pour décrocher.

Après un début peu évident car me demandant un temps d'adaptation, je commence enfin à trouver mes marques. Vous savez, ce n'est pas si évident que ça que d'apprendre à vivre que pour soi mais il faut avouer que ça devient facile, assez rapidement... Sans me laisser aller, j'ai quelques tâches qui me reviennent assez régulièrement, comme le ménage ou le repassage. OK, ce n'est pas l'éclate totale mais comme je déteste le désordre et la saleté, je me l'interdis de ne pas le faire au moins une fois par semaine. Au delà de ça, je prends vraiment du plaisir par exemple à me mijoter des plats en faisant mes courses au marché le samedi matin, à rester dans mon lit jusqu'à 13h le dimanche accompagné d'une cigarette et d'un livre ou à sortir tard le soir pour faire de nouvelles rencontres. C'est vrai qu'à la base, je n'étais pas très "boîtes de nuit" mais il faut avouer que les rencontres sont si faciles la nuit que... ben vous voyez. De plus, je peux même me payer le luxe de me coucher tard jusqu'à 03h00 du matin, sachant que mon réveil ne sonnera pas avant 09h00 pour aller au bureau le lendemain! ça c'est du kiff ! Vive internet, vive les films, vive la musique, vive mes instruments, vive tout ! ^^

Bref, si je n'ai pas une vie de rêve, en tout cas, ça y ressemble beaucoup. Cette nouvelle vie, je le sais, ne remplacera jamais une vraie vie de famille mais en attendant, elle me convient bien. J'avoue que j'ai souvent cette impression d'être le sale gosse qui a décroché le gros lot et qui déballe tous ces nouveaux cadeaux un peu tous les jours. Je suis gâté. J'ai frôlé une ou deux fois des catastrophes mais je compte sur ma maturité pour ne pas faire n'importe quoi non plus devant tant de liberté. En grandissant, j'ai appris à être si rigoureux envers moi-même que ça, ça ne me quittera jamais !

mardi 14 juin 2011

Home sweet home

Un, deux, trois, me voilà chez moi ! (Je suis comme looping dans "agence tous risques", je fais des rimes sans réfléchir, ha ha ha ^^)

Quelques mois d'attente, un peu d'effort et je suis installé !

Je voulais un endroit où ma fille et moi, on se sentirait bien à chaque fois qu'on franchirait cette porte d'entrée. Je voulais un refuge, une planque, un endroit où mes amis sauront qu'ils seront toujours les bienvenues ; un lieu qui m'inspire, qui me donne envie de créer, de réfléchir, d'explorer mon moi extérieur, toujours aussi riche et fragile derrière cette carapace que je me suis forgée au fil du temps. On n'oublie jamais, on apprend à vivre avec. Robert Smith chantait "boyz dont cry", c'est juste et le principal c'est de vivre sans regret en essayant d'être soi-même à chaque instant et de prendre des décisions en son âme et conscience. L'homme a tendance à ne conserver que les bons souvenirs, c'est une chance.

Quand les lumières s'éteignent, quand le show est terminé, "EnDlEsSjOe" n'est plus, il reste l'homme, fidèle, sincère et passionné.


(le mini studio de répète pour créer les brouillons)

mercredi 25 mai 2011

Le plan Merguez

Il y a des expressions comme celles-ci qui vous poursuivent toute votre vie !

Aussi longtemps que je m'en souvienne, j'ai toujours utilisé cette expression au boulot pour indiquer un dossier ou une situation complexe ou carrément pourrie ! Quand je dis "p'tain le plan merguez !", ça veut tout dire chez moi, je retrousse alors mes manches et je me mets en position de combat, prêt à bondir sur le premier qui moufle !

Et parallèlement à cela, j'en ris tellement car il faut croire que cette expression est dangereusement contagieuse. Mes collègues reprenant tour à tour le cercle du "mais qu'est-ce qu'il raconte jOe ?" à "Grrr, j'en ai assez des dossiers merguez!!" ; "Mais c'est pas possible ce photocopieur Merguez!!" (il faut avouer au passage que j'y participe activement à l'enrichissement de leur vocabulaire ^^)

Donc ce qu'il faut retenir de ce billet, c'est que la prochaine fois qu'il y une complication ou un truc pas clair qui vous arrive, dites tout simplement : "plan Merguez", ça soulage ! Car dans une merguez, vous ne savez jamais vraiment ce qu'il y a dedans, vous savez juste que ça pique et que c'est très mauvais pour votre santé :)

ps : expression adaptable aussi à toute relation. Dans ce cas là, on l’appellera "Relation Merguez". Certains s'y retrouveront sans doute hu hu hu

- page 2 de 14 -