Je ne fais pas parti de ces gens qui crient haut et fort que vivre seul, est la dernière merveille du monde. C'est même souvent un peu hypocrite car il suffit de mieux les connaître pour comprendre que c'est rarement le cas, voire tout le contraire en réalité. Pour ma part, c'est une situation qui m'était encore méconnue.

Plus d'un mois se sont écoulés et il est temps que je fasse mon petit bilan de cette nouvelle vie sur mon blog.

Tout d'abord, cette appréhension de la solitude, je l'ai apprivoisé avant de sauter le pas. J'avais le temps de le faire, de prendre un choix : celui de vivre seul ou de me trouver une petite collocation non loin de Paris entre actifs de mon âge. Cette appréhension, je l'ai même anticipé en me demandant vers quoi je voulais tendre. Pour m'épanouir, j'ai besoin de temps, du temps pour soi et du temps pour la musique. J'ai un côté parfois un peu schizophrène car lorsque je suis au sein d'un groupe, je me lie très facilement aux autres, sachant parfaitement sur quel levier jouer si je veux qu'on m'accepte et qu'on m'apprécie. De l'autre côté, lorsque je suis en phase de composition ou de création musicale, je suis à la limite de l'autisme, complètement renfermé et il me faudrait un coup de massue sur la tête pour décrocher.

Après un début peu évident car me demandant un temps d'adaptation, je commence enfin à trouver mes marques. Vous savez, ce n'est pas si évident que ça que d'apprendre à vivre que pour soi mais il faut avouer que ça devient facile, assez rapidement... Sans me laisser aller, j'ai quelques tâches qui me reviennent assez régulièrement, comme le ménage ou le repassage. OK, ce n'est pas l'éclate totale mais comme je déteste le désordre et la saleté, je me l'interdis de ne pas le faire au moins une fois par semaine. Au delà de ça, je prends vraiment du plaisir par exemple à me mijoter des plats en faisant mes courses au marché le samedi matin, à rester dans mon lit jusqu'à 13h le dimanche accompagné d'une cigarette et d'un livre ou à sortir tard le soir pour faire de nouvelles rencontres. C'est vrai qu'à la base, je n'étais pas très "boîtes de nuit" mais il faut avouer que les rencontres sont si faciles la nuit que... ben vous voyez. De plus, je peux même me payer le luxe de me coucher tard jusqu'à 03h00 du matin, sachant que mon réveil ne sonnera pas avant 09h00 pour aller au bureau le lendemain! ça c'est du kiff ! Vive internet, vive les films, vive la musique, vive mes instruments, vive tout ! ^^

Bref, si je n'ai pas une vie de rêve, en tout cas, ça y ressemble beaucoup. Cette nouvelle vie, je le sais, ne remplacera jamais une vraie vie de famille mais en attendant, elle me convient bien. J'avoue que j'ai souvent cette impression d'être le sale gosse qui a décroché le gros lot et qui déballe tous ces nouveaux cadeaux un peu tous les jours. Je suis gâté. J'ai frôlé une ou deux fois des catastrophes mais je compte sur ma maturité pour ne pas faire n'importe quoi non plus devant tant de liberté. En grandissant, j'ai appris à être si rigoureux envers moi-même que ça, ça ne me quittera jamais !