| Accueil | Archives | Youtube | facebook | Soundcloud | contact |

mardi 31 mai 2011

Une question d'équilibre

Trop ou pas assez, tout n'est qu'une question d'équilibre.
C'est une philosophie de vie, une manière d'aborder les choses, une façon de les vivre aussi.

Il m'aura fallu des années pour comprendre que lorsqu'il n'y a pas d'équilibre, la souffrance arrive irrémédiablement. Le pire à mes yeux, c'est lorsqu'on est victime de ce déséquilibre comme le fait de n'avoir pas eu assez d'amour de ses parents ou au contraire, d'en avoir eu beaucoup trop pour se métamorphoser en enfant roi.

Dans le premier cas, une personne qui n'a pas été suffisamment aimée par ses parents, va développer de manière exagérée une dépendance affective envers les autres. Dans l'autre, un égocentrisme foudroyant où tout doit être centré sur sa petite personne. Quoiqu'il en soit, le résultat de ce déséquilibre restera identique : un repli sur soi imposé par l'abandon des autres menant vers la solitude, toujours de plus en plus importante.

Pourquoi les chemins sont-ils toujours les mêmes ?
Parfois, j'aurais aimé que tous ces schémas simplistes ne se vérifient pas mais c'est malheureusement jamais le cas.

vendredi 29 avril 2011

Temps lunatique et vie profonde

Quel temps de chien ! On ne sait plus où mettre de la tête ou comment s'habiller en ce moment. En moins d'une semaine, on passe du stade "j'ai trop chaud, je vais mourir étouffer" à "il caille grave, je vais resortir mes mitaines que j'ai prévu pour l'hiver prochain".
Du coup, j'avoue que c'est assez drôle de regarder comment les gens sont habillés en ce moment. Certains quelque peu frileux, ressortent rapidement leur foulard ou leur écharpe tandis que d'autres, convaincus qu'on est à une période qui devrait faire moins froid, se contraignent à rester en petite jupette ou t-shirt pour se rappeler que le ciel s'est trompé de saison. Vous pensez que ces mêmes personnes sont nostalgiques du beau soleil du week end dernier ? Possible.

C'est toujours avec une certaine tendresse que je regarde la vie et tous ces gens que je croise tous les jours. Je suis l'un d'entre eux et ont-il tous comme moi une vie profonde quand le rideau tombe ?

Sans doute et tout comme eux, j'en parle jamais, sauf aujourd'hui.

vendredi 15 avril 2011

Deuil et espoir

Le deuil est sans aucun doute le défi le plus redoutable de notre existence. Il est tellement redoutable que certaines personnes n'y arrivant pas, se donnent la mort comme ultime solution. D'autres pour éponger la peine, se tournent vers dieu où ils trouveront sérénité et paix intérieures afin de continuer à vivre.

Pour ma part, idéaliste dans l'âme et artiste torturé, j'ai toujours préféré me battre tant qu'il me restera une lueur d'espoir dans ce monde semé d'embuches.

Accepter d'aimer, c'est se condamner à souffrir mais à quoi cela servirait-il de vivre si c'est vivre sans amour ? Autant se donner la mort. Des zombies, comme j'ai tendance à les nommer, j'en croise de temps en temps dans les rues ou dans des foyers. Des rescapés en quelque sorte. Pour des raisons malheureuses et diverses, ils se sont retrouvés un jour dans l'engrenage de la poisse. Sans argent et sans domicile, ils dorment dans la rue en essayant comme ils peuvent, de survivre grâce à des aides sociales ou à la charité des passants.

Depuis quelques semaines, lorsque je suis un peu en avance chez ma "music buddy", je traine dans un café où je retrouve T pour des séances de papotage...
T était un zombie comme il le dit lui-même. Ancien militaire et suite à l'assassinat de ses trois meilleurs amis et à une rupture amoureuse, il a "sombré" dans l'alcool et vit dans la rue depuis environ 10 ans. Depuis quelques mois, après avoir renoué des liens avec un vieil ami qui lui propose de le rejoindre au Maroc, il a commencé à réapprendre à vivre et envisage maintenant sa vie autrement. Comme je sais qu'il me lit souvent et qu'il n'aura pas accès à internet là où il sera, je lui dédis ce billet :)

Bon voyage et bonne route mon ami ! Tu m'as beaucoup appris ces dernières semaines, tu sais. J'espère qu'on se recroisera un jour car nos conversations à refaire ce monde, me manqueront.

jeudi 17 mars 2011

200 billets

L'écriture est une bonne thérapie en soi. Quand je pense à l'écriture, je ne peux m'empêcher d'avoir une pensée émue pour certaines personnes qui me sont proches. Lorsque je relis certains billets, c'est comme me remettre dans l'état d'esprit dans lequel j'étais à cet instant. Même les périodes de non-écriture ont une signification forte à mes yeux. J'écris car j'ai besoin de m'exprimer, de me laisser aller (un peu) et de partager ce qui est possible de partager sur un espace comme celui-ci.

lundi 24 janvier 2011

Pour ou contre le mariage ?

Hier dans un environnement de studio de répète qui sent le tabac froid, un de mes amis lance le sujet qui laisse personne indifférent : alors pour ou contre le mariage les gars? C'est avec un sourire dubitatif que je regarde mon questionneur.

"Pourquoi cette question ? T'as changé d'avis pour nous poser une question pareille ?" Lui répondis-je en riant.
"Non, non, c'est juste que je trouve cela con de se marier pour un bout de papier" me dit-il
"Si c'est juste pour un bout de papier, c'est vrai que c'est con" lui répondis-je toujours en riant.

Ne voulant pas rentrer dans un sujet qui porte trop à polémique, je lui ai expliqué aussi que le mariage est tout d'abord un sujet dont l’intérêt porté est propre à chacun. C'est un sujet où les croyances et les convictions des uns et des autres peuvent faire varier le degré d'importance qu'on lui porte. Pour certains, ils y voient comme une contrainte administrative et à faible "taux de réussite". Pour d'autres, c'est un moyen pour se sécuriser, pour faire plaisir à leur partenaire ou pour un intérêt financier quelconque...

Pour ma part, le mariage c'est :

  • tout d'abord, un engagement devant dieu (et oui, j'ai mis un peu de temps à le comprendre)
  • un symbole d'union et d'amour (des rêves, j'en ai toujours pleins à la tête et le mariage en fait parti. Je les emporterai dans ma tombe si il le faut!)
  • une fête (quelque chose a mi chemin entre l'intimisme et la simplicité, partagée avec tous les êtres qui nous sont très chers)

A tous ceux qui pensent "taux de réussite", je leur répondrais "WTF". Décidons une bonne fois pour toute de ne plus dépendre du passé, ni de fantasmer sur son avenir "hypothétique", de vivre enfin pleinement ce que la vie nous offre là tout de suite, devant nos yeux. Au diable les incertitudes ! Ce n'est pas parce que je me mettrais toutes les précautions dans ma vie que je serais forcément plus épanoui et heureux. Je l'ai dit et je le répète, je suis et serais un éternel opitimiste. Vivre sans regret et avoir confiance en soi, tel est mon graal ! :)

"you may say I'm a dreamer but I'm not the only one" (J. Lennon)

- page 2 de 8 -