| Accueil | Archives | Youtube | facebook | Soundcloud | contact |

Expériences personnelles

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 3 janvier 2018

Garde alternée ou être père par alternance

Depuis que je me suis séparé de la mère de ma fille en août 2010, j'ai vécu ce que bon nombre de pères vivent à notre époque : la garde alternée.

Mise en place depuis environ 3 ans, je vois ma fille que 1 semaine sur 2 : moitié du temps chez maman et moitié du temps chez Papa et c'est déjà pas mal me direz-vous...

Plébiscité par de nombreux pédopsychiatres comme étant la méthode de garde la moins pire de toute, j'ai trouvé cette méthode plutôt équitable jusqu'à hier. Aujourd'hui, ma fille a 11 ans et je me heurte de plus en plus à certaines limites du système.

D'abord, c'est vrai, ma fille a grandi et elle est aujourd'hui une vrai jeune ado. Elle est plus indépendante, plus mature et plus chiante aussi ! Et paradoxalement, je sens qu'elle n'a jamais eu autant besoin de ma présence qu'en ce moment. C'est l'âge où on a le plus besoin de repères ; des repères qui seront soit adoptés des parents ou soit au contraire, complètement rejetés en fonction de la personne qu'on aimerait être plus tard.

Pour moi, le rôle Papa, c'est justement ça, de donner à nos enfants les bons repères à avoir. Pour y arriver, j'ai besoin de temps. Sauf que le temps, ben j'en ai 2 fois moins qu'un père "normal" !

Je m'explique.

Quand je récupère ma fille, cela fait déjà 1 semaine qu'on ne s'est pas vu. D'habitude, le rapprochement se fait presque immédiatement entre elle et moi, sauf que là avec sa période d'adolescence, elle prend systématiquement de la distance pour s'affirmer. Le rapprochement n'est donc pas immédiat et je mets parfois jusqu'à 3/4 jours pour regagner la même proximité que j'avais avec elle, il y a 1 semaine.

Faites donc le compte et c'est ça qui n'est pas évident quand on est un père par alternance.

lundi 7 novembre 2011

Son complexe d'Oedipe

Ma fille a 5 ans.

Depuis quelques mois, elle est en plein complexe d'Oedipe.

Pour elle, je suis l'homme idéal et aucun autre garçon ne peut ou pourra rivaliser avec moi. Souvent quand elle me parle de garçons, elle les trouve juste bêtes et méchants, sans compter qu'elle a vécu il y a deux semaines, sa toute première déception amoureuse.

Là où son comportement est quelque fois troublant, c'est qu'elle essaye souvent de me faire des bisous sur la bouche ou tente par des stratagèmes de séduction de m'extirper de mon lit pour que je vienne la rejoindre. Elle est comme amoureuse parfois.

Même si je l'aime plus que tout au monde, de mon devoir de père, je suis amené à garder une certaine distance envers elle lorsque je sens que ça va trop loin ou que ça devient malsain. C'est vraiment un travail très délicat.

Extrêmement proche et complice tous les deux, je suis contraint parfois de lui rappeler que j'ai moi aussi beaucoup de défauts et que tous les hommes sont ainsi faits : de qualités et de défauts. La seule différence peut-être avec les autres, c'est qu'elle peut être certaine que je l'aimerai toujours.

Merci Freud et mes anciens cours de Psy. Encore 2 ans max et on passera à l'étape suivante !

mardi 18 octobre 2011

Comportement obsessionnel

Je m'inquiète depuis quelques mois.

Un de mes proches adopte un comportement typiquement obsessionnel où son seul et unique sujet de conversation est la religion. S'y ajoute souvent des discours de haine et d'intolérance vis à vis des autres et c'est ce qui m'inquiète le plus. Cette personne dort mal, s'isole, est mal dans sa peau et ne vit plus qu'à travers des textes et des vidéos religieuses qu'elle a trouvé sur internet.

La plupart du temps, lorsqu'on est face à ces personnes, surtout lorsqu'elles nous sont chères, on a parfois envie de comprendre leurs réactions, souvent à l'origine d'une détresse (note : il est plus grave de manquer d'amour que de nourriture). Mais c'est une grosse bêtise que de franchir le pas en pensant vouloir l'aider alors que nous ne sommes fondamentalement pas compétents à le faire.

Si cela va trop loin et qu'il peut y avoir un danger pour elle ou pour les autres, il reste toujours des mesures juridiques pour protéger cette personne d'elle-même. Inutile de préciser que le chemin sera alors très rude.

dimanche 12 décembre 2010

Étrange coïncidence

Il m'a fallu passer par une période comme celle-ci et un retour aux sources pour être tombé par hasard sur 2 ouvrages de mon enfance. Ils étaient soigneusement rangés dans les étagères. C'est en cherchant de quoi nourrir mon esprit que je suis tombé dessus.

Il y a 25 ans (imaginez bien que ça fait loin, même très loin), je suis passé par une période dite "mystique". Etant (déjà à l'époque) un enfant quelque peu "atypique" et par dessus tout, déjà bien "empathique", je voulais à tout prix être prêtre, foutant la trouille à mon père qui voulait que son seul et unique fils à l'époque, perpétue sa descendance.

Ma foi d'enfant était tellement encrée au fond de moi que je priais sans relâche pendant deux bonnes années avec pour seule référence, ces deux ouvrages. Je trouvais la prière plutôt "apaisante" et c'était surtout mon seul et unique échappatoire face à ma relation avec mon père. Car plus ce dernier tendait à rentrer tard à la maison, plus j'avais des chances de passer un sale quart d'heures en sa compagnie... Oui, mon paternel fait parti de ces personnes qui ne se contrôlent plus lorsqu'ils sont sous l'effet de l'alcool. Point je n'en reparlerai plus jamais de ce sujet sur ce blog.

C'est donc aujourd'hui avec des yeux d'adulte que je relis ces deux ouvrages qui sont l'ancien et le nouveau testament. Miracle ou pas, c'est sans aucune douleur du passé que je reparcours ses pages. J'ai appris par exemple, que la bible avait forgé une grande partie des valeurs de l'homme que je suis devenu aujourd'hui. Des retrouvailles en quelques sorte et qui vont, je l'espère, continuer à me donner d'autres repères.

mercredi 8 décembre 2010

Une rencontre, un message

Hier, j'étais à Limoges pour des raisons professionnelles. Pendant le repas, j'ai échangé avec un délégué syndical FO sur sa vision politique actuelle de la France. C'est sans langue de bois qu'il m'a tenu un discours sincère et tranché, riche de ses trente ans de militantisme acharné.

Après à peine 5 minutes de conversation, j'étais sidéré de voir à quel point il tenait un discours peu socialiste, partant du principe que les français n'avaient qu'à ne pas dépenser au dessus de leurs moyens, sans quoi on n'en serait pas là aujourd'hui. Il était dégouté de constater qu'au sein même de son organisation, des hauts dirigeants profitaient du système pour se meubler en produits high tech à des fins personnelles et qu'il était nécessaire, voir vital de réformer, de supprimer une bonne partie de nos acquis sociaux (retraites, sécu, etc.). Oh my god, comment pouvait-il en arriver là ? C'est vrai que de mon côté, j'ai aussi un peu fait le même constat dans la mesure où j'ai rarement croisé dans ma vie professionnelle des élus qui avaient pour seule motivation la défense des autres avant eux-même.

"Tu sais camarade, tout le monde est pourri et tous ceux qui ne le sont pas encore, vont finir par le devenir. Comment défendre des valeurs humaines dans un monde peuplé d'égoïstes ?" me répétait-il.

C'est en abordant mes convictions politiques à mon tour que je lui ai raconté un peu de mon histoire. Fils de riches familles d'immigrés, mes parents avaient tout perdu pendant la guerre froide à cause de l'invasion des communistes. C'est dans cette rancœur que mes parents m'ont toujours encouragé à voter à droite, rejetant systématiquement toutes les parties adverses.

N'ayant pas connu ce que mes parents ont réellement enduré, j'ai commencé par abonder dans leurs sens avant de construire mes propres convictions. Je me disais qu'après tout, la France est un pays qui a très bien accueilli ma mère et moi. Grâce aux aides sociales, nous avons eu un toit, des vêtements et à manger. La France m'a même permis d'aller à l'école et m'a soigné, tout ça toujours ou presque gratuitement. Comment tout cela aurait été-il possible si ma mère ne m'avait pas mis au monde en France ? Alors oui, j'aime ce pays aux valeurs sociales et républicaines et j'ai envie qu'il reste le même pour mes enfants.

Un merveilleux film à voir en ce moment :
http://images.allocine.fr/r_120_x/medias/nmedia/18/77/79/17/19538598.jpg

- page 1 de 4