Depuis que je me suis séparé de la mère de ma fille en août 2010, j'ai vécu ce que bon nombre de pères vivent à notre époque : la garde alternée.

Mise en place depuis environ 3 ans, je vois ma fille que 1 semaine sur 2 : moitié du temps chez maman et moitié du temps chez Papa et c'est déjà pas mal me direz-vous...

Plébiscité par de nombreux pédopsychiatres comme étant la méthode de garde la moins pire de toute, j'ai trouvé cette méthode plutôt équitable jusqu'à hier. Aujourd'hui, ma fille a 11 ans et je me heurte de plus en plus à certaines limites du système.

D'abord, c'est vrai, ma fille a grandi et elle est aujourd'hui une vrai jeune ado. Elle est plus indépendante, plus mature et plus chiante aussi ! Et paradoxalement, je sens qu'elle n'a jamais eu autant besoin de ma présence qu'en ce moment. C'est l'âge où on a le plus besoin de repères ; des repères qui seront soit adoptés des parents ou soit au contraire, complètement rejetés en fonction de la personne qu'on aimerait être plus tard.

Pour moi, le rôle Papa, c'est justement ça, de donner à nos enfants les bons repères à avoir. Pour y arriver, j'ai besoin de temps. Sauf que le temps, ben j'en ai 2 fois moins qu'un père "normal" !

Je m'explique.

Quand je récupère ma fille, cela fait déjà 1 semaine qu'on ne s'est pas vu. D'habitude, le rapprochement se fait presque immédiatement entre elle et moi, sauf que là avec sa période d'adolescence, elle prend systématiquement de la distance pour s'affirmer. Le rapprochement n'est donc pas immédiat et je mets parfois jusqu'à 3/4 jours pour regagner la même proximité que j'avais avec elle, il y a 1 semaine.

Faites donc le compte et c'est ça qui n'est pas évident quand on est un père par alternance.